Octobre 2020

#101 - Préserver son Energie !

Partager sur

Des petits gestes quotidiens jusqu'aux gros travaux, l'énergie s'économise pour la transition écologique à Paris. Retrouver quelques belles initiatives, conseils et accompagnements pour vous donner envie de passer à l'action si ce n'est déjà fait !

 

 

En vidéo ce mois-ci, le projet de rénovation de la Résidence de la Reine, lauréate du Grand Prix du Jury des Trophées CoachCopro. Avec Véronique JAVELLE Architecte, A et M Architecture - Christian SIMON, Président du conseil Syndical - Philippe ALLUIN, Ingénieur ReeZOME

 

Parole d’experts

s
Jean-Baptiste Lebrun
Jean-Baptiste Lebrun, directeur du CLER – Réseau pour la transition énergétique
1
Quelles sont les missions du CLER ?

Le CLER - Réseau pour la transition énergétique est une association française, agréée pour la protection de l'environnement, créée en 1984. Elle a pour objectif de promouvoir les énergies renouvelables, la maîtrise de l’énergie et plus largement, d’accélérer la transition énergétique.

En 2020, le CLER fédère un réseau d’environ 300 structures professionnelles réparties sur l’ensemble du territoire français. Au sein de leur association, de leur collectivité ou de leur entreprise, les acteurs du CLER mettent en œuvre la transition énergétique sur le terrain, à l’aide de pratiques locales ambitieuses. Notre action et celle de nos adhérents recouvrent de nombreuses thématiques : de la lutte contre la précarité énergétique à l’efficacité énergétique, en passant par la rénovation performante des bâtiments et le développement des énergies renouvelables. Sans oublier les dynamiques d’animation et de développement territorial à l’instar du réseau des Territoires à Énergie Positive (TEPOS) fondé par le CLER en 2011. A ce titre,  notre association a par exemple travaillé sur les liens urbain – rural avec le soutien de la Mairie de Paris. 

 

2
Comment envisagez-vous la transition énergétique qui s’impose et quel(s) rôle(s) pour les citoyens ?

Le CLER promeut une transition énergétique ambitieuse reposant sur le scénario et le triptyque développé par les experts de négaWatt : sobriété, efficacité, renouvelables. Nous visons donc une maîtrise et une réduction très forte des consommations d’énergie,  et un approvisionnement à 100% par des énergies renouvelables. Et le temps presse : nous avons dépassé notre budget carbone – déjà trop élevé par rapport à un scénario 2°C - de plus de 4,5% en 2018[1].

Pour réussir la transition énergétique, l’appropriation de ces questions par les citoyens, et leur implication sont essentiels. Les citoyens doivent être davantage écoutés par les « décideurs » lorsqu’ils travaillent et expriment leurs opinions sur le sujet, par exemple récemment avec les très pertinentes recommandations de la Convention Citoyenne pour le Climat[2]. Parallèlement, chacun, peut, individuellement ou collectivement, s’impliquer dans son quotidien, en s’inscrivant à un concours de maîtrise de ses consommations[3], en choisissant un fournisseur d’énergie renouvelable, en impulsant la rénovation énergétique de son logement ou de sa copropriété[4] ou encore en participant à des projets citoyens qui s’organisent un peu partout. Il y a des tas de manières d'agir, accessibles à toutes et tous !

3
Auriez-vous des exemples de communes ou de territoires à énergie positive ?

Notre réseau regorge de bonnes pratiques. Pour certaines, ce sont des actions inscrites dans la durée. Tramayes, petite commune de Saône-et-Loire s'est d'abord engagée,  il y a plus de vingt ans, dans l'installation d'une chaufferie bois. Depuis, elle n'a cessé de s'investir en multipliant les actions :  rénovation performante de bâtiments municipaux, fourniture en électricité 100% renouvelable, etc. D'autres, plus récentes, expérimentent de nouvelles coopérations sur les territoires. C'est le cas de la communauté de communes Erdre et Gesvre qui a intégré depuis 2018 le programme transition énergétique et sociétale, coordonné par l'IMT Atlantique (Institut Mines-Télécom) pour accélérer les changements de mode de vie de ses habitants. Il n'y pas un modèle mais une infinité de possibles !

4
Une loi énergie-climat impose les DPE « correctes » pour pouvoir vendre, votre avis ?

Le CLER défend depuis longtemps la pertinence d’utiliser la Loi et la réglementation pour contribuer à impulser l’immense chantier de la rénovation énergétique des bâtiments, y compris en introduisant des échéances progressives de disparition des bâtiments peu performants, en commençant par les « passoires énergétiques ». Au-delà de la question énergétique,  c’est aussi une mesure de justice sociale, car c’est le seul moyen de protéger les plus vulnérables, souvent locataires du parc privé, de la précarité énergétique.

La fiabilisation du diagnostic de performance énergétique à grande échelle est une première étape incontournable. Nous surveillons de près les changements de critères ou de seuils proposés par le gouvernement qui pourraient conduire à un affichage plus favorable sans travaux d’amélioration significatifs .

5
Des conseils pour les Parisien.ne.s ?

Les Parisien.ne.s ont la chance de pouvoir vivre dans une ville avec un très haut niveau de services énergétiques,  gérée par une municipalité ambitieuse sur le climat et la transition énergétique, et beaucoup d’initiatives citoyennes comme le projet Enercit’if par exemple. Alors n’hésitez pas à vous renseigner auprès de l’Agence Parisienne du Climat ou des Acteurs du Paris Durable pour participer à cette belle aventure de la transition.

6
références...

[1]     Le site https://www.observatoire-climat-energie.fr/ présente les résultats annuels de la France par rapport à ses objectifs. On peut y voir que sur la quasi-totalité des indicateurs climat-énergie, nous ne sommes pas sur la bonne trajectoire.

[2]     https://propositions.conventioncitoyennepourleclimat.fr/

Ils agissent
Comme eux, nous pouvons tous être Acteurs du Paris durable par nos actions qu'elles soient modestes ou plus importantes !