Végétaliser sa toiture

Végétaliser sa toiture

Est-il possible, à partir d'un bloc de béton, de faire le bonheur de ses voisins et d'héberger la faune du quartier ? Tentez de réaliser une toiture végétalisée, vous verrez !
Partager sur

Est-il possible, à partir d'un bloc de béton, de faire le bonheur de ses voisins et d'héberger la faune du quartier ? Réalisez une toiture végétalisée, vous verrez !

Végétaliser son toit ou sa dalle, c’est une jolie façon d’isoler son habitation tout en favorisant la biodiversité en ville et en minimisant l'effet "îlot de chaleur" en été. Pour que ce lieu végétalisé devienne "zone de refuge" pour la faune, il faut choisir principalement des plantes sauvages.

À vous de jouer

1. La première étape est de se renseigner auprès de professionnels du bâtiment et des métiers du végétal (architecte, paysagiste, bureau d’étude), sur les caractéristiques techniques de votre bâtiment.

Cela vous permettra de définir votre projet : type de couverture, matériaux, charge admissible et la sécurisation de la zone. Le conseiller info-énergie du Pôle Accueil et Service à l’Usager (PASU), au numéro de téléphone 01 42 76 29 20 pourra vous y aider.

 

2. Identifiez les conditions microclimatiques du milieu (ensoleillé, ombragé venté ou non), afin de choisir des espèces végétales les plus adaptées. Et même, si possible, locales.

La végétalisation d’une toiture suppose que sa configuration le permette. Trois éléments déterminent la capacité du support à recevoir un complexe végétal :

  • Les caractéristiques de la toiture : type de couverture, matériaux, pente, profil, garde-corps situés en bordure de toitures-terrasses, charge et surcharge admissibles par le bâtiment.
  • L’accessibilité à la toiture et la mise en place d’équipements relatifs à la protection des personnes, y compris si la toiture est en catégorie dite inaccessible.
  • La mise en œuvre d’une étanchéité conforme respectant les règles techniques en vigueur et les équipements obligatoires (membrane anti-racine, relevés, orifices d’évacuation des eaux pluviales, etc.)

 

3. Demander les autorisations : vous devez déclarer au préalable vos travaux.

Le dossier en 3 exemplaires comporte:

  • le formulaire Cerfa "déclaration préalable" (à télécharger sur le site du service public).
  • un plan de situation et un plan de masse.
  • un descriptif des travaux.
  • un (des) croquis coté(s) et coupe(s).
  • l'insertion du projet dans l'environnement.
  • des photos couleur de près et de loin.

Il est conseillé de joindre le questionnaire Suivi environnemental du bâti parisien - Construction ou le questionnaire Suivi environnemental du bâti parisien - Réhabilitation

À noter que si vos travaux sont sur une façade inscrite au titre des monuments historiques ou si les travaux sont accompagnés d’un changement de destination, il vous faudra constituer une demande de permis de construire.

 

Motiver

  • Mettre en avant auprès de vos voisins les arguments écologiques et climatiques : plus de vert en ville, une manière d’agir pour la biodiversité en créant des refuges pour les animaux, plus de fraîcheur en ville et pourquoi pas, proposer un projet de potager !
  • Montrez des photos d’autres toitures végétalisées pour motiver autour du projet : le « vert » c'est plus joli que le béton !

 

Financer

Le programme Éco-rénovons Paris et son Plan 1000 immeubles afin d’encourager la rénovation énergétique des immeubles parisiens. Éco-rénovons Paris aide à financer les travaux d’amélioration thermique et environnementale, en fonction du gain énergétique de votre projet et de la situation sociale de votre copropriété : elle ne peut pas dépasser 30% dans la limite d’un plafond de travaux fixé à 25 000€ hors taxes par logement. Si votre projet participe de la diminution de l’ilot de chaleur urbain, il pourra acquérir une subvention supplémentaire de 15% plafonnée à 300€ par m² végétalisé.

 

  • Aides du Conseil régional d’Ile-de-France pour les collectivités et les institutions : les toitures-terrasses végétalisées sont éligibles aux aides de la Région à hauteur de 50% pour les communes très carencées ou en contrat vert, et à 40% pour les autres territoires et ce, dans la limite de 500 000€ par projet. Un dossier de subvention peut être téléchargé sur le site Internet de la Région Île-de-France.

 

Les astuces

  • Assurez-vous que vous n’introduisez pas de plantes trop envahissantes, ni de plantes invasives qui concurrenceraient trop fortement les autres espèces en place et qui perturberaient les équilibres biologiques.
  • Suivez l’évolution des cultures, particulièrement la première année, le temps que les végétaux s’enracinent. Il pourra être nécessaire d’installer un arrosage intégré (tuyaux microporeux).
  • Intégrez des aménagements favorables à la nidification, l’hivernage et l’observation d’animaux sauvages : nichoirs à oiseaux et abris à insectes auprès de la Maison Paris Nature.

 

Vigilance

  • Une toiture végétalisée nécessite d’effectuer tous les ans un contrôle des évacuations d’eaux fluviales, de l’étanchéité et des couches drainantes.
  • En fonction des techniques employées et du type de végétalisation qui en découle, l’entretien ira d’une intervention par an (retrait des plantes ligneuses) à un entretien régulier (taille, tonte, arrosage, etc.).

Pensez à rendre le toit accessible à tous et conviez vos voisins pour l’entretien du toit et des éventuelles plantations afin de créer un esprit de groupe !

Le saviez-vous ?

Petite histoire parisienne

  • Le phénomène d’îlot de chaleur est un microclimat courant en ville. Il se concrétise par une chaleur plus importante la nuit en ville comparé aux campagnes alentours. Cette chaleur urbaine aggrave les conséquences des canicules : effets sur la santé, conséquences socio-économiques… Une toiture végétalisée contribue à lutter contre ce phénomène grâce à la présence de plantes sur les toits. En effet, les plantes ne captent pas la chaleur comme le feraient des matériaux inertes (béton, brique, zinc…). Au contraire, grâce au phénomène d’évapotranspiration, la présence de plantes permet de rafraîchir l’air ambiant. Les toitures végétalisées constituent par ailleurs une très bonne isolation contre les écarts de température et le bruit à l’intérieur des bâtiments.
  • Un toit végétal peut absorber jusqu'à 50% de la quantité d'eau tombant sur les toits limitant les débordements du réseau de collecte lors des orages, limitant ainsi le risque d’inondation sur la voie publique.
  • Le milieu urbain est principalement composé de surfaces lisses et vitrées qui offrent peu d’espace aux espèces sauvages pour nidifier ou se reproduire. Aménager une toiture végétalisée, privilégiant les plantes régionales qui offrent davantage de services à la faune locale, permet ainsi d’aider à la construction d’une «trame verte», mesure phare du Grenelle de l’environnement, qui vise à recréer ces corridors naturels nécessaires à la protection de la biodiversité.

 

Quelques chiffres clés

  • À Paris, plus de 4 hectares de toitures végétalisée ont été réalisés depuis 2005. 
  • La végétalisation d’une toiture augmente de 10 ans en moyenne la durée de vie de l’étanchéité du bâtiment.
  • La Mairie de Paris souhaite étendre la surface de végétalisation des bâtiments à "100 hectares de toitures et de façades végétalisées", d'ici 2020.

 

Outils et infos pratiques

 

Lieux de renseignement

  • La Maison du Jardinage (Agence d’écologie urbaine, Direction des Espaces Verts et de l’Environnement, Mairie de Paris) conseille et donne des astuces pour jardiner en ville à peu de frais.
  • Pôle Accueil et Service à l’Usager (PASU)

 

Guides

 

Sites Internet

  • Végétalisation des toitures-terrasses, les différentes aides techniques et financières sur Paris.fr
  • La plateforme Végétalisons Paris 
  • L'espace éco-citoyen de l'ADEME
  • APUR, article et lien vers l’étude sur le potentiel de végétalisation des toitures terrasses à Paris.

 

Vidéo

Bâtiments et biodiversité

 

Autres fiches à découvrir
Ce thème vous intéresse ? Découvrez d'autres fiches pratiques !