Faire du sport éco-responsable

Faire du sport éco-responsable

Sport et planète c’est possible en consommant responsable et local, en gérant ses déplacements et en réduisant sa consommation énergétique !
Partager sur

Brève définition

Faire du sport, c'est bon pour soi, sa santé, son équilibre ! Le sport est un ensemble d'exercices physiques aboutissant à une dépense d’énergie se pratiquant de manière individuelle ou collective dans un cadre organisé ou libre. 

Pratiquer une activité sportive éco-responsable, c’est réduire son empreinte carbone, ses déchets, et plus généralement son impact sur l’environnement avant, pendant et après la pratique effective du sport.

Déplacements, équipements (tenue de sport, basket, matériels sportifs…), alimentation, infrastructures nécessaires à la pratique… des solutions vertueuses existent pour préserver l’environnement.  

 

L'essentiel

 

La question du lien entre « sport », « environnement » et « développement durable » est souvent posée.  Ainsi, la préoccupation environnementale augmente chez les citoyen.ne.s et notamment chez les sportifs. Le sport doit prendre en compte les impacts environnementaux dans ses activités et les réduire. D’autre part, le sport, par les valeurs d’exemplarité et d’éducation qu’il véhicule, peut et doit jouer un rôle dans cette prise de conscience et dans le changement de comportement. Enfin le sport peut être source de solutions. Par sa capacité à canaliser les dynamiques et les moyens, il peut être un acteur responsable et positif sur les enjeux environnementaux : le sport comme moyen de transport doux, le sport comme source d’innovation notamment dans l’écoconception des bâtiments, le sport comme vitrine des savoir-faire écoresponsables, etc.

De la conception des infrastructures, des équipements, des habillements voire des récompenses jusqu'à la gestion des déchets produits, le sport éco-responsable contribue à la préservation de la planète. Adopter des pratiques sportives éco-responsables, c’est avant tout agir personnellement, mais cela permet aussi d’interpeller l’ensemble des acteurs du secteur, afin de les sensibiliser et de les faire évoluer progressivement sur leurs actions.     . Afin de mieux maîtriser les ressources et les énergies, il est essentiel d’opter pour des choix responsables concernant les matériaux, les équipements, les déplacements...

Avec plus de 16 millions de licencié.e.s, 40 millions de pratiquant.e.s, et 2,5 millions de manifestations sportives organisées chaque année en France, le sport fédère notre société. C’est donc un des leviers pour agir en faveur de la protection de l’environnement.

 

À vous de jouer

Les 10 gestes à adopter pour pratiquer un sport éco-responsable

1
N’acheter que le nécessaire et s’équiper éthique

La France est le 4ième pays au monde et le 1er en Europe à consommer des articles de sport et de loisirs. Privilégier la seconde main en boutique (Recyclerie Sportive, ressourceries) ou en ligne (LinkNSport, Label Emmaüs, Vinted, Geev, Le bon coin, etc.). Choisir des marques de sport éthiques fabriquées en France. Privilégier un équipement de qualité et l’entretenir pour prolonger sa durée de vie. Si besoin, réparer ou faire réparer son équipement. Éviter les textiles synthétiques en fibres recyclées qui, de moins bonne qualité, relarguent plus facilement des microparticules de plastique lors des lavages (fréquents puisqu’il s’agit de vêtements de sport !) et polluent donc durablement les eaux.

2
Mutualiser ses équipements

Emprunter ou prêter son matériel. La location est aussi une bonne idée.

3
Donner une seconde vie à son matériel

L’offrir, le revendre ou le recycler.

4
Préférer les modes de déplacement doux

Se déplacer à pied ou à vélo, pratiquer le covoiturage ou utiliser les transports en commun, en particulier pour se rendre aux compétitions et manifestations.

5
Opter pour une alimentation saine et responsable

Acheter des produits locaux et de saison, consommer des fruits secs ou oléagineux achetés en vrac, des barres de céréales faites maison, du chocolat ou du pain plutôt que des aliments en portions individuelles et éviter le gaspillage alimentaire. La nature ne pourra que vous dire merci !

Article dédié au ravitaillement zéro déchet : https://fr.runningheroes.com/fr/blog/ravitaillement-et-si-on-se-mettait-au-naturel

6
Réduire et trier ses déchets

Éviter les achats de produits jetables ou emballés individuellement. Porter son eau dans une gourde réutilisable voire une poche à eau. Utiliser du shampooing et du déodorant solide, ou fait maison. Laver ses affaires de sport avec une lessive maison ou achetée en vrac.

7
Respecter l’environnement

En randonnée, en course, en vélo, utiliser les sentiers et les chemins, et rapporter ses déchets jusqu’à un point de collecte s’il n’y en a pas sur place, voire pratiquer le plogging (courir en ramassant les déchets).

8
Économiser l’eau et l’énergie

Faire attention à sa consommation d’eau lors des douches ou pour nettoyer le matériel. Éteindre les lumières en partant des équipements. Laver sa tenue de sport avec modération.

9
Respecter les règles et les usages des locaux

Utiliser respectueusement les locaux sportifs et le matériel, et les laisser propres.

10
Agir pour le « mieux vivre ensemble »

Partager son expérience sur les réseaux sociaux et sensibiliser ses proches, ses équipiers, les gérants de clubs et organisateurs d’évènements aux pratiques éco-responsables.

Et pour les compétitions sportives, être éco-responsable c’est aussi s’inscrire en ligne et refuser les équipements (ex. : tee-shirts) ou cadeaux promotionnels inutiles souvent offerts par l’organisation !

Motiver

  • Pratiquer le sport éco-responsable c’est participer à garder notre environnement en meilleure santé en économisant l’énergie et limitant les déchets (à savoir qu’en moyenne, un événement rassemblant 5000 personnes génère jusqu'à 2,5 tonnes de déchets, 1000 kWh d'énergie et 500 kg de papier – source ADEME) ou en signalant les décharges sauvages ou problèmes de sécurité lors de vos sorties en pleine nature avec l’application Suric@te

 

  • Réduire l’impact de sa pratique sportive sur l’environnement permet la préservation des ressources naturelles et la lutte contre la pollution : il vaut mieux courir en plein air qu’en salle de sport sur un tapis qui consomme de l’électricité ; de même, il est préférable de nager dans un point d’eau naturel (mer, lac) s’il y en a à proximité, que dans une piscine. Le sport en extérieur est la solution idéale qui ne requiert aucune installation et qui permet de profiter de la nature.

 

  • Dans le sport comme dans d’autres secteurs, l’habillement est responsable d’une importante pollution. L’industrie textile est en effet responsable de 17 à 20% de la pollution de l’eau dans le monde et propose des vêtements neufs contenant des substances toxiques, potentiellement allergènes, cancérogènes et perturbatrices endocriniens. Pour limiter cette pollution, il faut acheter d’occasion les vêtements et les équipements sportifs, ou opter pour des vêtements neufs éthiques et biologiques.

 

Cette liste d’arguments écologiques, économiques et sanitaires n’est pas exhaustive mais tous ces aspects sont bénéfiques pour notre santé et celle de notre planète !

 

Fiche révisée le : 18/05/2021    par : Ville de Paris

Le saviez-vous ?

Le contexte, les enjeux :

La prise de conscience écologique concerne aussi le domaine du sport. Ainsi, en 2016, après la COP21, le ministère des Sports a mis en place une Stratégie Nationale de Transition Écologique vers un Développement Durable du Sport (SNTEDDS) reposant sur trois grandes ambitions :

  1. Développer une approche partagée du sport durable par l’ensemble des acteurs.
  2. Transformer le modèle économique et social du sport pour la transition écologique vers un développement durable.
  3. Renforcer son appropriation par tous.

Concrètement cela signifie sensibiliser et mobiliser tous les acteurs du sport dans cette dynamique durable, transformer le monde du sport pour le rendre plus durable et se servir du sport et de tous ses acteurs pour rendre le monde plus durable. La SNTEDDS s’articule donc autour de neuf défis :

  1. Une consommation et une production durables.
  2. L’éducation et la formation de tou.te.s les acteur.rice.s du sport : le sport représentant étant une école de la vie, il est nécessaire que celle-ci soit ouverte sur le respect de l’environnement, des autres et de soi-même.
  3. La gouvernance pour apprendre à vivre ensemble, avec l’humain et le non humain.
  4. Le changement climatique et les énergies, notamment au niveau des installations sportives.
  5. Le transport et la mobilité durable.
  6. La conservation et la gestion durable de la biodiversité et des ressources naturelles : sensibilisation des sportif.ve.s, gestion durable des équipements.
  7. La santé et le développement durable : « un esprit sain dans un corps sain ». La promotion et le développement des activités physiques et sportives sont des facteurs de bien-être et de bonne santé physique et psychique.
  8. La responsabilité sociale du sport : permettre à toujours plus de personne de pratiquer.
  9. Les défis internationaux en matière de développement durable : les événements internationaux sont des lieux de sensibilisation privilégiée et une vitrine du savoir-faire français.

 

En janvier 2017, le Ministère des Sports, en partenariat avec l’ONG WWF France, ont lancé la Charte des 15 engagements écoresponsables des organisateurs d’événements sportifs. À ce jour, cette Charte est signée par 63 organisateurs d’évènements sportifs (fédérations, ligues et clubs professionnels, organisateurs privés) au profit de plus de 350 événements majoritairement nationaux et internationaux. L’alimentation et les achats responsables, le recyclage des déchets, la maîtrise des consommations d’eau et d’énergie, la mobilité durable, la préservation de la biodiversité mais aussi l’accessibilité et la promotion de l’égalité Femme/Homme dans les postes à responsabilités constituent les axes prioritaires des engagements pris.

 

En juin 2018, le Ministère des Sports et WWF ont souhaité décliner cette charte aux grands gestionnaires d’équipements sportifs (stades, arénas, golfs, salles d’escalade, etc…). Cette Charte est aujourd’hui signée par 20 gestionnaires au profit de 38 équipements sportifs.

 

En septembre 2020, Le Ministère chargé des Sports et WWF ont également souhaité décliner la Charte des 15 engagements éco-responsables aux établissements publics du Ministère (INSEP, CREPS, écoles nationales…). La charte qui fixe 15 objectifs visant à faire du respect des enjeux sociaux et environnementaux un critère essentiel dans le fonctionnement des établissements a été signée par la Ministre chargée des Sports, Roxana Maracineanu, la Présidente du WWF France, Isabelle Autissier, et les 22 gestionnaires des établissements publics du ministère qui s’engagent ainsi dans une dynamique collective éco-responsable.

 

Sur la question de la gestion des clubs et des événements sportifs, la mise en place de mesures environnementales permet de réduire les budgets de gestion : baisse des consommations d’eau, d’électricité, prolongation du cycle de vie des équipements… Des pratiques éco-responsables simples et efficaces peuvent être mises en place afin de réduire les budgets de fonctionnement. Certaines organisations comme la Fédération Française de tennis a pris l’engagement, avec l’opération balles jaunes, de transformer les balles usées en revêtements de sols sportifs. Dans le même esprit, la Fédération française de basket utilise l’outil Optimouv pour optimiser les déplacements des sportifs et limiter les émissions de gaz à effets de serre. D’autres initiatives existent comme la gestion intelligente des déchets des événements sportifs avec l’opération Tri’Tour menée par association Les Connexions. Enfin, les Eco-games sont un concept d’événements sportifs éco-responsables favorisant l’éco-conception, la co-construction, la valorisation du local et la défense de la santé (celle de l’humain et de la planète). Il est aussi possible de privilégier des infrastructures qui revendiquent un effort sur leurs consommations d’eau et d’électricité, notamment certaines piscines par exemple qui recourent à des énergies renouvelables, et qui recyclent efficacement leurs déchets.

 

Petite histoire parisienne

 

En 2024, Paris accueillera les Jeux Olympiques et Paralympiques. La sauvegarde environnementale et les stratégies d'actions climatiques sont au cœur du programme, conformément à l'accord signé par presque 200 pays lors de la COP21 en 2016. L'engagement éco-responsable et durable pour les Jeux Olympiques continuera d'imposer Paris comme leader global de lutte contre le changement climatique. Des jeux éco-responsables à Paris en 2024 !

 

Outils et Infos Pratiques

Guides, sites et liens utiles

 

 

 

 

Autres fiches à découvrir
Ce thème vous intéresse ? Découvrez d'autres fiches pratiques !