Fabriquer et utiliser des cosmétiques naturels

Fabriquer et utiliser des cosmétiques naturels

Faire ses cosmétiques maisons, c’est un peu comme cuisiner : de bons ingrédients naturels, de bons outils et une bonne recette !
Partager sur

Brève définition

Les produits de cosmétique naturels se composent exclusivement de substances d'origine végétale, animale ou minérale (ingrédients de base et mélanges de ces substances). Ils peuvent contenir quelques conservateurs, émulsifiants et parfums autorisés par la législation. Enfin, ils ne doivent pas nuire à la santé humaine lorsqu'ils sont appliqués dans les conditions normales ou raisonnablement prévisibles d'utilisation.

À vous de jouer

1
Acheter des cosmétiques écologiques : repérer les produits labellisés. Si vous n’êtes pas sûr de vous, préférez les magasins spécialisés et n’hésitez pas à demander conseils aux vendeurs.

.

2
Utiliser des substituts naturels aux produits traditionnels : il est parfois possible de remplacer des produits cosmétiques par des substituts naturels comme les eaux florales ou les huiles végétales.

Fabriquer des cosmétiques naturels : si vous débutez, il est préférable de ne pas se lancer seul.e. De nombreuses recettes sont disponibles sur le web, mais toutes ne sont pas bonnes à réaliser. Le mieux est de suivre un atelier de fabrication avec un professionnel du secteur, qui vous conseillera sur les produits de base à acheter et sur les mélanges à faire.

3
Utiliser moins de produits

Un même produit pour le corps peut également être utilisé pour le visage et les mains. Ne mettez pas trop de gel douche ni de shampoing, ceux-ci seront tout aussi efficaces et plus faciles à rincer. N’oubliez pas, ce n’est pas la mousse qui lave !

Motiver

  • Un produit écologique est aussi efficace qu’un produit traditionnel.
  • Faire des ateliers de fabrication en groupe est rassurant et toujours plus sympathique.

Financer

  • L’équipement de base et les ustensiles sont peu coûteux, il ne faut rien d’innovant : bocaux et flacons en verre, spatule, pipette, balance de précision, filtres.
  • Les matières premières sont aussi des produits de base que l’on trouve en magasin et en parapharmacie : huiles végétales, miel, cire d’abeille, argile, eau distillée…

Les astuces

Clés du succès

  • Savoir bien repérer les différents labels de certifications écologiques.
  • Se faire conseiller pour l’achat des produits de base et aider pour la première préparation.

Vigilance

  • Beaucoup de marques de la cosmétique conventionnelle se lancent dans le bio, mais leurs produits ne sont pas pour autant labellisés. On a bien vu l’utilisation à outrance de l’argument « sans parabène ». Un emballage vert ou avec des feuilles sur l’étiquette ne suffisent pas à en faire un produit biologique.
  • Si vous faites vos cosmétiques vous-même : n’oubliez pas de les tester sur une toute petite surface de peau avant de vous badigeonner, afin de détecter d’éventuelles réactions allergiques.
  • Ayez le réflexe de l’hygiène ! Les cosmétiques maisons ne se conservent pas, ou très peu, étant donné qu’ils sont exempts de conservateurs. Lavez-vous les mains avant de les manipulez, et pensez à vérifier qu’ils soient toujours frais par un test olfactif simple.

Les huiles essentielles sont des produits avec un fort pouvoir actif. Renseignez-vous bien avant de les incorporer dans les préparations.

Le saviez-vous ?

Le contexte, les enjeux

Les cosmétiques conventionnels sont composés d’une multitude d’ingrédients de synthèse et de dérivés du pétrole aux noms barbares : tensioactifs, polymères hydrosolubles, épaississants, conservateurs, antibactériens, antiseptiques, agents émollients et hydratants, pigments, gaz propulseurs, parfums, colorants, etc. et le souci, c’est qu’ils sont le plus souvent allergènes voir cancérigènes pour certains. Lorsqu’ils ne sont pas nocifs séparément, leur mélange peut l’être : le danger ce sont les interactions et le phénomène de bioaccumulation.

Au-delà de leur effet sur notre santé, il est difficile de tracer leur provenance et donc d’évaluer leur impact sur l’environnement.

Pour limiter ces aspects négatifs, deux solutions : la fabrication maison ou l’achat de produits bio, certifiés par des organismes reconnus. Les labels garantissent des produits sans colorant ou parfum de synthèse, sans PEG (PolyEthylene Glycol), sans parabène, sans silicone, sans paraffine, sans OGM. De plus, les produits labellisés sont le plus souvent non testés sur les animaux, et conditionnés avec des emballages réduits et peu polluants.

Il existe plusieurs labels en cosmétiques bio : BDIH (label allemand), Ecocert, Cosmebio, Nature & Progrès, Soil Association, AIAB-ICEA (label italien), ECOGARANTIE (label belge), NATRUE, COSMOS standard et USDA organic (label américain). Si tous garantissent un maximum d’éléments naturels et une mise en œuvre respectueuse de l’environnement, tous n’ont pas les mêmes exigences. Par contre, tous les fabricants de cosmétique bio s’interdisent d’utiliser des substances indésirables telles que :

  • Les silicones synthétiques (non biodégradables), les parfums de synthèse, les colorants et les pigments de synthèse.
  • Les conservateurs trop puissants, c'est-à-dire détruisant la flore cutanée naturellement protectrice, ou réputés allergisants.
  • Les matières premières non renouvelables comme les huiles minérales qui sont des résidus de la pétrochimie.
  • Les ingrédients obtenus par des procédés de fabrications non respectueux de l’environnement, et les matières premières supposant la mort d’un animal.

 

Quelques chiffres clés

  • Les réactions allergiques aux cosmétiques sont nombreuses, elles touchent environ 15 à 20% de la population.
  • Chaque jour, les Français achètent en moyenne 525 000 shampooings, 309 000 produits de soin spécifique et 157 000 flacons de parfum (dont 45 000 pour les hommes). (Source : ConsoGlobe)
  • En 15 ans, le chiffre d'affaire du bio a progressivement été multiplié par près de 5. En 2015, la consommation des produits alimentaires issus de l'agriculture biologique est estimée à 5,76 milliards d'euros. (Source : Agence bio)
  • Les cosmétiques bio représentent 3% du marché cosmétique français. (Source : Cosmébio)

 

Petite histoire parisienne

En 2011, Le Salon du Chocolat accueillait des ateliers de cosmétiques naturels faits à base… de chocolat, évidemment ! Gloss, crème… comment se faire belle et beau avec des produits gourmands ! Depuis, ces ateliers se développent et récemment le magasin Puerto Cacao (Paris 12e) accueillait à son tour un tel atelier.

 

Outils et infos pratiques

Livres

  • Mes petits cadeaux cosmétiques bio de Christie Vanbremeersch et Marie Bousquet.
  • La vérité sur les cosmétiques de Rita Stiens (édition de janvier 2012).
  • Créez vos cosmétiques bio de Sylvie HampikianMa bible des huiles essentielles [Broché] de Danièle Festy.
  • Adoptez la slow cosmétique de Julien Kaibeck. 
  • 90 Recettes de beauté bio à faire soi-même : 100% Glamour, 100% gourmandes, 100% naturelles de Sophie Macheteau  et Vanina Guet.

Guides

La Cosmétique bio c‘est quoi, au juste ? 50 questions/50 réponses, Rita Stiens

Sites Internet

Autres fiches à découvrir
Ce thème vous intéresse ? Découvrez d'autres fiches pratiques !