Améliorer la qualité de l’air intérieur

Difficile à croire mais l'air de votre spacieux 4 m² chambre-salon-cuisine dépliable est parfois plus pollué que le tunnel du pont de l’Alma un jour d'embouteillage. Heureusement, un coup de chiffon, un grand courant d’air et une bonne prise de conscience suffisent à améliorer la qualité de l'air chez soi et à enfin respirer en paix.
Partager sur

Le contexte, les enjeuxNous passons entre 80% et 90% de notre temps enfermés chez soi, au bureau, etc. Or l’air intérieur peut être 5 à 10 fois plus pollué que l’air extérieur même en ville*!Une partie de cette pollution intérieure provient des activités domestiques (cuisine, bricolage, ménage) ou des objets présents dans le logement (décoration, moquette, parquet, tapis, etc.). Ces objets sont traités pendant leur fabrication avec des produits chimiques toxiques qui se dégagent au cours de leur utilisation. (*Source: UFC que choisir)Ceci peut vite devenir un problème de santé, plus ou moins grave: la pollution provoque de simples maux de tête, allergies ou irritations respiratoires, oculaires ou cutanées, asthmes, maux de gorge, fatigues mais aussi cancers, maladies cardiaques et autres troubles de santé à long terme. En outre, le Centre International de Recherche contre le Cancer classe certains des produits de traitement comme cancérogènes (comme le formaldéhyde ou le benzène), ou cancérogènes possibles (comme le styrène ou l’acétaldéhyde).Les femmes enceintes, les enfants et les personnes âgées sont les plus exposés à la pollution de l’air intérieur parce qu’ils sont plus fragiles mais aussi parce qu’ils passent plus de temps en intérieur. Améliorer la qualité de son air est donc un geste santé utile et efficace pour améliorer son cadre de vie.Quelques chiffres clésPrès de 35% des Français sont gênés par la qualité de l’air intérieurDans une maison où il y a présence de moisissures, la part de personnes asthmatiques est de 50%Petite histoire parisienneLa Mairie de Paris a mis en place une cellule de conseil en santé en environnement intérieur afin de permettre à des Parisiens de faire examiner leur appartement pour voir si des polluants s’y trouvent, et s’ils sont pathogènes (ce qui peut être une cause de certaines maladies). Une fois que le docteur aura diagnostiqué des troubles, tels que l’asthme, qui peuvent être causés par la présence de certains polluants, les membres du laboratoire d’hygiène de la Ville inspecteront l’appartement. Une manière innovante de lutter contre des problèmes de santé publique.

Par où commencer?Organiser1 Evaluez rapidement les sources potentielles de pollution intérieure: les nouveaux meubles, les bougies et parfums d’intérieur, les appareils de cuisson, l’humidité, les détergents, etc.2 Aérez votre logement au moins 10 minutes par jour. Il vaut mieux ouvrir pendant 10 minutes deux fenêtres pour faire un grand courant d’air plutôt que de laisser une fenêtre entrebâillée toute la journée (le chauffage doit être coupé pendant l’aération). Après des travaux, les fenêtres sont à ouvrir pendant plusieurs jours, de même avec des meubles neufs qui peuvent contenir des colles.3 Remplacez les détergents et les parfums d’ambiance par des produits éco-labellisés aux moindres impacts sur la santé.4 Faites le ménage régulièrement: la poussière fait partie des allergènes les plus répandus. Elle est simple à chasser avec un coup rapide d’aspirateur et de chiffon micro-fibre au moins une fois par semaine.5 Traquez l’humidité: les moisissures peuvent être dangereuses pour la santé car elles peuvent être inhalées et s’installer dans les poumons. Pour éviter cela, les pièces humides (cuisine et salle de bain) doivent être aérées régulièrement et les traces de moisissures éliminées.MotiverPensez aux arguments écologiques et médicaux pour vous motiver à faire le ménage, la poussière, à aérer la salle de bainFinancerLa Mairie de Paris peut organiser un « audit» de votre air intérieur, si des maladies qui peuvent être liées à la pollution, sont diagnostiquéesLes produits éco-labellisés ou écologiques peuvent parfois être un peu plus chers, mais souvent, une utilisation «écologique» permet de les rentabiliserLes astucesLes clés du succèsL’Eco-label européen est un bon repère pour choisir ses produits: détergents, produits d’entretien domestique, peintures et vernis. Privilégiez les produits qui le portent. Ils seront moins toxiques et surtout souvent moins chers car il s’agit pour beaucoup de marques de distributeurs!D’autres labels existent, rendez-vous sur le mini-guide des labels de la consommation responsable réalisé par Mes Courses Pour la PLanète VigilanceEvitez de multiplier les produits d’entretien, un produit multi-usage de qualité et éco-labellisé est souvent suffisant.Des produits d’entretien naturels (vinaigre blanc, savon noir, citron, etc.) peuvent aussi être utilisés.Outils et infos pratiquesLe Quiz de l’air intérieur réalisé par Mescoursespourlaplanete.com en partenariat avec l’ADEME, WECF et l’APPA: www.mon-air-interieur.comLe Guide de la pollution de l’air intérieur de l’INPESLe Guide pour une bonne qualité de l’air chez soi de L'Association pour la Préventionde la Pollution Atmosphérique (APPA)Le Guide sur la qualité de l’air de l’ADEMEJe veille à la qualité de l'air intérieur par la Fondation Nicolas HulotAgence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (ANSES)Observatoire de la qualité de l’air intérieur (OQAI)Réseau recherche santé environnement intérieur (RSEIN)Le dossier sur la qualité de l'air intérieur par Actu Environnement (novembre 2011)Mise à jour : Novembre 2015

Autres fiches à découvrir
Ce thème vous intéresse ? Découvrez d'autres fiches pratiques !