Quel avenir pour le développement des véhicules électriques ?

En 2010, 15000 véhicules électriques furent vendus dans le monde. Et cette année (2021), les ventes de véhicules électriques devraient atteindre près de 6 millions de véhicules dans le monde. Quelles sont alors les perspectives d’avenir pour le développement des véhicules électriques ? Apportons sans plus attendre quelques éléments de réponse.  

Consommation
Mobilités
Partager sur

Une explosion des ventes d’ici 2030 

Actuellement, les véhicules thermiques restent encore majoritaires. En France, en 2020, les véhicules thermiques représentaient plus de 77% des ventes. En parallèle, les véhicules hybrides représentaient un peu plus de 10% de ventes, contre moins de 7% des ventes pour les véhicules électriques.  

Cela étant dit, les véhicules électriques devraient gagner en popularité. Selon les prévisions, l’année 2030 devrait comptabiliser 37 millions de ventes de véhicules électriques dans le monde entier, contre 6 millions aujourd’hui. Et en 2040, le nombre de ventes devrait doubler par rapport à 2030. 

Des infrastructures de plus en plus nombreuses 

Bien évidemment, la démocratisation des véhicules électriques nécessite des infrastructures suffisantes. Effectivement, les villes doivent avoir assez de points de charge pour inciter les particuliers et les professionnels à passer à l’électrique.  

Or, les acteurs de l’énergie et les collectivités sont justement engagés dans cette voie. Paris a notamment donné le feu vert au déploiement de 433 stations de bornes de recharge pour véhicules électriques. A savoir, ce déploiement devrait se terminer en janvier 2022.  

En même temps, il existe désormais des hubs 100% électriques destinés aux professionnels. Le groupe Shell a par exemple ouvert une station de recharge rapide 100% électrique à quelques pas de l’hôtel de ville. Les bornes sont uniquement accessibles aux taxis, VTC et autres gestionnaires de flotte.  

Des aides financières pour passer à l’électrique 

Si l’électrique devient de plus en plus populaire, c’est sans doute aussi grâce aux aides gouvernementales. Depuis quelques temps déjà, les Français peuvent par exemple bénéficier d’un bonus écologique, lorsqu’ils passent à l’électrique. Pour l’achat d’un véhicule de moins de 45000 euros, ils peuvent ainsi prétendre à un bonus pouvant atteindre 6000 euros. Pour préciser, ce bonus existe également pour les entreprises, bien qu’il soit plafonné à 4000 euros (au lieu de 6000).  

En parallèle, le gouvernement propose une prime de conversion pour les Français souhaitant remplacer un véhicule polluant.  

A côté de cela, tous les propriétaires de véhicules électriques sont exonérés du paiement du certificat d’immatriculation. Enfin, il existe des aides pour l’installation d’une borne de recharge chez soi.    

L’augmentation de l’essence : une motivation supplémentaire 

Parallèlement aux incitations du gouvernement, l’augmentation régulier du prix de l’essence constitue une autre motivation pour passer à l’électrique.  

Depuis 1 an, le gazole a augmenté de plus de 30% en passant de 1,2019 euros à 1,5583 euros le litre. En même temps, les autres carburants ont aussi connu de fortes hausses. Le SP 95-E10 a par exemple atteint 1,6287 euros le litre, un record.  

Dans ce contexte, de nombreux particuliers se sont décidés à passer à l’électrique. De même, après leur formation VTC, certains chauffeurs privés ont privilégié une voiture électrique. Dans d’autres secteurs, de nombreuses entreprises ont aussi fait le choix de l’électrique. 

Véhicules électriques : les perspectives 

Comme vous l’avez compris, les véhicules électriques devraient se démocratiser dans les années à venir. Les constructeurs travaillent d’ailleurs à l’amélioration de ces véhicules et notamment au niveau de l’autonomie.  

Cela étant dit, notez que les véhicules hybrides devraient constituer une transition entre les véhicules 100% thermiques et les véhicules 100% électriques. In fine, les véhicules 100% électriques devraient toutefois s’imposer sur le marché.  

Notez d’ailleurs que ce phénomène pourrait aussi gagner l’aviation. Airbus prévoit notamment de faire voler ses premiers avions électriques à l’horizon de 2035.  

Publié le16 novembre 2021 à 22:43

Écrit par

Je travaille dans le secteur de l'énergie, rénovation énergétique et je souhaite p