énergie verte gaz biométhane
Le gaz vert : une solution en faveur de la transition énergétique

Le gaz vert, aussi appelé biogaz ou biométhane, est une énergie fossile qui à l’avantage de ne dégager que très peu de gaz à effet de serre, contrairement au gaz naturel classique. De ce fait, il devient un élément clé dans la stratégie ambitieuse de l’Etat en matière de transition énergétique. Si cette énergie se veut propre et écologique, elle n’est pas pour autant plus onéreuse. En plein essor, ce secteur d’activité voit apparaître de plus en plus d’offres diverses, adaptées à tous les budgets. Faire le choix d’un gaz durable pour les besoins énergétiques d’un logement, c’est alors faire un geste pour la planète et inciter davantage les fournisseurs à investir dans le domaine.

 

Consommation
Partager sur
Array

Le gaz vert, qu’est-ce que c’est ?

Contrairement au gaz naturel, au butane ou au propane (GPL), le biogaz est une énergie qui s’intègre parfaitement dans un schéma de durabilité. Il est produit grâce à la méthanisation, un processus naturel de décomposition des déchets organiques privés d’oxygène. Le méthane peut donc se former naturellement dans un milieu ou être provoqué directement par l’Homme. Ainsi, le biométhane peut être entièrement produit de façon locale, réduisant, de ce fait, l’énergie nécessaire à son acheminement. Une double action en faveur de l’écologie !

Biogaz ou biométhane ?

Il existe une légère distinction qui doit être faite entre le biogaz et le biométhane. Souvent utilisés à tort comme synonymes, ces deux gaz ne sont pourtant pas exactement les mêmes. En effet, le biogaz est le gaz qui est directement issu de la méthanisation. Il reste très riche en CO2 et doit être traité. Le biométhane est, quant à lui, le gaz le plus vert, le plus propre, lui-même issu du traitement en amont du biogaz.

Comment est produit le biogaz ?

En France, il existe trois façons de produire du biogaz : 

  • La méthanisation classique : la décomposition se fait sur les déchets accumulés de végétaux, issus essentiellement de l’agriculture ainsi que de la filière agroalimentaire

  • La méthanisation des boues d’eaux usées : ces boues issues du traitement des eaux usées sont riches en matière organique qui peut servir au processus de méthanisation. Cette filière reste tout de même plus limitée que la méthanisation classique

  • La méthanisation des déchets présents dans les décharges : un contrôle minutieux doit être appliqué sur cette filière pour s’assurer que les déchets utilisés ne sont pas dangereux

Par la suite, ce méthane va pouvoir être utilisé de différentes manières comme pour une production de chaleur, d’électricité ou encore de carburant.

Le futur du biogaz

Vous l’aurez compris, le gaz vert semble avoir un bel avenir devant lui. Utilisable pour la production de toutes sortes d’énergies, il se veut polyvalent, local, durable et propre. Pour ces raisons, de plus en plus de fournisseurs européens souhaitent investir dans cette filière. Le principal problème de la production de biogaz est évidemment son coût. La mise en place de station de méthanisation onéreuse impact grandement son développement. Il est donc nécessaire pour les fournisseurs de s’assurer qu’une réelle demande de cette énergie fossile est présente. Cependant, grâce aux objectifs de transition énergétique du pays, la filière gaz vert semble avoir de beaux jours devant elle et tend à occuper 10% du réseau de gaz national d’ici 2030 et jusqu’à 100% en 2050 !

Écrit par