toit végétal immeuble
Isolation du toit : la toiture végétalisée

A l’heure où le parc immobilier français s'accroît, la question de son impact énergétique est au coeur des débats. Responsable de plus de 43% des dépenses en énergie du pays, le secteur résidentiel doit se renouveler, aussi bien dans l’existant que dans le neuf. Pour cela, plusieurs solutions existent comme la toiture végétalisée qui offre une isolation de qualité et une intégration naturelle dans le paysage. Pourtant, c’est une technique encore peu répandue en France. Si vous souhaitez en savoir plus sur la toiture végétalisée et sauter le pas vers une isolation naturelle et écologique, suivez le guide.

 

Habitat
Nature
Partager sur

Pourquoi est-il important de bien isoler son toit ?

Avant même de se renseigner sur les toitures végétales, il est très important de comprendre pourquoi il est primordial de mettre en place une bonne isolation de ses structures. Responsable de près de 30% des pertes thermiques de votre logement, le toit est au centre d’une stratégie d’économie d’énergie. Couvrant une large surface qui est directement exposée au milieu extérieur, on comprend rapidement que la toiture joue un rôle important dans la régulation de la température intérieure.

Isoler pour améliorer le confort de son logement

Qu’y a t-il de plus désagréable que de sentir le froid glacial de l’hiver ou la chaleur étouffante de l’été à l’intérieur de sa propre maison ? Ces signes sont pourtant fréquents et dénotent une mauvaise isolation. Les isolants qui entourent votre habitation sont trop anciens ou non adaptés à vos structures ce qui accentue le phénomène de variation de température. Cela se traduit par des sensations d’inconfort mais également par des factures conséquentes. Réfléchir à la mise en place d’une bonne isolation vous permettra alors de réaliser de nombreuses économies sur votre facture de chauffage. De plus, bien choisi, les isolants utilisés peuvent vous offrir une isolation à la fois thermique et acoustique vous permettant de réduire les éventuelles nuisances sonores de votre quartier. Enfin, des travaux de rénovation de votre isolation vous permettront de vous prévenir des problèmes liés à l’humidité qui sont de plus en plus fréquents dans les foyers français. Dans les cas les plus graves, ils peuvent rendre insalubre votre logement et causer de graves problèmes de santé chez ses occupants.

Isoler pour réduire son impact énergétique

Afin de réduire l’impact énergétique du secteur résidentiel, les bâtiments neufs sont aujourd’hui dans l’obligation de respecter certaines normes thermiques imposées par le ministère de la transition écologique. Pour inciter un peu plus les particuliers à améliorer les performances de leur logement, un Diagnostic de Performances Énergétique (DPE) a été mis en place. Obligatoire depuis 2007, ce document classe la consommation en énergie d’un bâtiment de la lettre A à G. Plus votre note s’approche de la lettre A, moins votre foyer consomme de l’énergie et donc plus son efficacité est grande. Si cela ne vous semble pas particulièrement important, ce DPE permet pourtant de valoriser votre bien sur le marché de l’immobilier. Si vous souhaitez le vendre, celui-ci prendra de la valeur grâce à son étiquette environnementale.

Qu’est-ce qu’une toiture végétalisée ?

Une toiture végétalisée est, comme son nom l’indique, un toit sur lequel est aménagé divers végétaux. Ces derniers forment alors une couche protectrice au-dessus de la charpente, permettant une isolation phonique et thermique du bâtiment. Elle permet également d’intégrer de façon plus naturelle le logement dans son environnement. Un système écologique qui nécessite la présence d’un professionnel spécialisé pour son installation relativement complexe.

La toiture végétale : un aménagement écologique

L’installation d’une toiture végétalisée présente bien des avantages. Alliant utilité et esthétisme, elle permet à votre logement de se fondre dans son paysage et d’accroître la faune locale, tout comme pourrait le faire un jardin classique. De plus, la présence de végétaux permet de réduire le taux de CO2 de l’atmosphère améliorant la qualité de l’air aux alentours. Un système écologique qui joue également un rôle d’isolant naturel. En effet, l’une des principales qualités du toit végétal est qu’il permet une bonne protection thermique et surtout lors de forte chaleur. Grâce à un système d’évapo-transpiration, les plantes régulent l’humidité environnante pour vous apporter une fraîcheur supplémentaire. Ce mécanisme naturel peut également prévenir d’éventuelles inondations. Enfin, la toiture végétalisée offre une barrière contre les agressions extérieures. Votre toit est alors mieux protégé qu’avec des tuiles classiques ce qui permet un très bon maintien de vos structures dans le temps. 

Le toit végétalisé : une installation complexe

D’autres caractéristiques offrent une image bien moins flatteuse du toit végétal. En effet, comme tout autre installation, une toiture végétalisée présente des inconvénients. L’un des plus décourageant pour les particuliers est son entretien. Tout comme un jardin, les végétaux présent sur votre toit demanderont des soins particuliers. La particularité du toit rend la tâche plus complexe car moins accessible. Pour cela, vous pouvez faire appel à un professionnel qualifié, mais qui viendra alourdir la facture, déjà conséquente, du toit végétal. Pour assurer une installation performante et sécurisée, aucune concession ne peut être envisagée. Cela ne fait donc aucuns doutes, la toiture végétalisée est bien plus onéreuse qu’une installation classique. Son montant peut varier entre 40€ et 100€ du m² selon la technique, et cela, sans compter l’entretien régulier qu’elle nécessite. Cela représente alors un vrai budget qui améliore tout de même la valeur de votre logement. 

Comment mettre en place une toiture végétalisée ?

Toutes les toitures ne peuvent pas accueillir une couche végétalisée. L’un des principaux critères à prendre en compte est la pente de toit. Cette dernière ne doit pas dépasser les 20°. Un toit végétalisé peut donc s’installer sur un toit terrasse, un  toit jardin, ou encore une toiture à faible versant. La technique employée sera à adapter à vos besoins, mais également à vos structures existantes.

Le toit extensif

Il s’agit de la technique la plus simple puisqu’elle se compose de plantes légères telles que la mousse ou des plantes grasses qui ne demandent que peu d’entretien. La couche de terre ne dépasse pas les 6 cm ce qui allège grandement le poids imposé sur vos structures. Ce système peut s’adapter à des maisons aux versants plus prononcés allant jusqu’à 40°. Toutefois, la faible épaisseur du substrat vous restreint en terme d’espèce florale. Si la mise en place d’un toit végétal extensif est simple, il est néanmoins conseillé de faire appel à un professionnel qui saura vous conseiller les meilleures plantes, mais également réaliser une installation qui pourra facilement évacuer le surplus d’eau.

Le toit intensif

Ici, la technique demande plus de savoir-faire. En effet, si le toit végétalisé intensif permet d’installer un véritable jardin sur sa toiture, il nécessite toutefois une couche importante de substrat pouvant aller de 20 à 60 cm. Grâce à ça, tous types de plantes sont possibles comme les arbustes ou encore de petits arbres. Le poids de l’installation est bien plus lourd que celui d’un toit extensif et ne convient donc pas à toutes les structures. De plus, cette technique se montrera plus onéreuse que la précédente et conviendra davantage à un toit terrasse ou à un toit jardin.

Bien sûr, un mixte des deux techniques peut être réalisé : c’est le toit végétal semi-intensif. Il est d’autant plus recommandé pour les toitures terrasses qui pourront vous servir d’espace de vie. 

Quelles sont les performances d’isolation d’un toit végétalisé ?

Pour réaliser des économies et faire de la toiture végétalisée un investissement rentable, il est nécessaire de calculer son efficacité énergétique. L’énergie la moins chère étant celle que l’on n’utilise pas, plus votre toit sera isolé des variations extérieures, plus vous réaliserez des économies.

Isolation thermique : une protection les variations de température

Les performances d’isolation thermique d’un toit végétal sont très bonnes. Il permet une bonne régulation des températures et offre une excellente protection contre les variations de chaleur. Cependant, la seule utilisation d’un toit végétalisé ne suffit pas à vous garantir un confort thermique optimal. Ainsi, en plus de la couverture de votre toiture, il sera nécessaire d’utiliser des matériaux plus traditionnels comme les laines minérales ou encore des matériaux plus naturels comme le liège ou les copeaux de bois. 

Isolation phonique : une barrière contre les nuisances sonores

L’isolation phonique reste le principal atout d’une toiture végétalisée. Permettant d’étouffer le bruit environnant, les végétaux vous apporteront un confort acoustique des plus efficaces. Sachant que d’autres matériaux isolants sont nécessaires, le toit végétalisé peut venir compléter des isolants moins performants à l’image des matériaux synthétiques qui n’offrent pas une bonne isolation sonore.

Ce qu’il faut retenir de la toiture végétalisée

Pour vous aider à y voir plus clair dans ce flot d’information, nous vous avons préparé un petit récapitulatif des informations les plus importantes à retenir :

Avantages

Inconvénients

Une bonne isolation thermique

Installation chère (entre 40 et 100€/m²)

Une isolation phonique efficace

Installation complexe

Une optimisation de la biodiversité

Une isolation insuffisante

Une réduction de CO2

Entretien régulier nécessaire

Une longévité accrue

Réparation moins accessible

Un toit végétalisé reste une bonne option d’un point de vue écologique. Deux en un, il permet d’apporter une originalité à votre toiture tout en vous apportant une protection contre les variations de température, mais également contre la déperdition thermique. Il est toutefois important de garder à l’esprit que les toits végétalisés ne suffisent pas à garantir une isolation optimale de votre toiture et doit donc être complétée par des isolants plus conventionnels comme les laines minérales ou des panneaux naturels de liège par exemple.

Écrit par