Vous êtes ici

Acteurs du Paris durable - Benoit Cicilien

Invité du mois

Benoit Cicilien

Février 2019 -
Thème du mois: 
Benoit CICILIEN, ingénieur agronome, est engagé dans le projet ZéBU qui travaille sur l'écosystème des brasseries urbaines au sein de l'association Zone-AH! *
0

1) Quelles sont vos activités ?

Je me présente Benoit CICILIEN, ingénieur agronome de formation, bénévole au sein de l'association Zone-AH! qui veut faire de la ville comestible le pilier de la transition vers la résilience de nos métropoles, grâce à la collaboration entre tous les acteurs d’un territoires.

Je suis plus particulièrement engagé dans le projet ZéBU, initié en 2015 par Bruno Vitasse pour créer une filière brassicole francilienne et de valorisation des déchets.

J'ai suivi ce projet à l'occasion d'une étude logistique menée par l'association avec le bureau d'étude AEFEL et en partenariat avec Love Your Waste au cours de l'été 2018. Je suis également porteur du projet les drêcheurs urbains qui collectera dès  cette année les drêches parisiennes afin de les valoriser.

2) Quel est le contexte actuel des microbrasseries à Paris ?

A l'occasion de cette expérimentation, nous avons identifié l'intérêt des brasseurs pour détourner leurs drêches de l'incinération et le souhait de les valoriser. Certains se font collecter par des entreprises spécialisées comme Love Your Waste, ou les valorisent eux-mêmes dans leur propre circuit (compostage ou méthanisation). Nous avons réalisé une enquête auprès des brasseurs parisiens et nous tenons à jour une cartographie en interne afin de suivre l'évolution des brasseries. Entre 2015 et 2018, nous avons recensé une multiplication par 3 du gisement de drêches estimé (1500 t minimum, septembre 2018) et donc une explosion du nombre de brasseries.

 Aujourd'hui, nous comptons une quarantaine de brasseries dans Paris et la petite couronne.

3) En quoi ces microbrasseries sont des exemples d’économie circulaire ?

Les brasseries qui valorisent leurs drêches et proposent un retour à la terre pour enrichir les sols  sont dans une logique d'économie circulaire. C'est un déchet dit « inévitable ». D'autres porteurs de projet souhaitent les valoriser sous forme alimentaire comme Happy Drêche ou Ramen tes Drêches. La brasserie Mashroom, installée à la porte de Clignancourt, souhaite les utiliser pour cultiver des champignons et ensuite valoriser les résidus de culture en compost ou méthanisation.

Ce dernier exemple montre bien la double valorisation et donc une intégration dans une économie circulaire. La drêche peut se valoriser sous forme de biomatériaux (production de meuble ou brique), en granulé de chauffage ou litière pour animaux. D'autres vont se positionner sur des approvisionnements durables comme des malts et houblons labellisés AB ou Nature & progrès.

Il manque aujourd'hui une consigne autour de la bouteille en verre, mais qui semble difficile à mettre en place à l'échelle de la métropole, en raison d’un manque d’uniformité dans les bouteilles, d’un manque de système et point de collectes.

4) D’où provient la matière première de la bière ?

Tout d’abord pour faire de la bière nous avons besoin d’eau, de malt (orge, seigle ou blé germé dont on arrête la germination par une forte chaleur), de houblon (qui donne le pouvoir amérisant) et de levures (pour la fermentation).

Les brasseries sont aujourd'hui approvisionnées par des malts français mais c'est un savoir-faire qu'on a perdu et que l'on retrouver à présent grâce au retour de la culture de l’orge et des malteries. Sinon les malts viennent du Royaume Unis ou d'Allemagne qui sont les principaux producteurs. Pour produire 1000 L de bière, on a besoin d'environ 275 kg de malt ce qui produit autant de drêches.

L'ingrédient principal est l'eau et pour avoir 1 L de bière consommable nous avons estimé  à 5 L la quantité d'eau nécessaire pour une brasserie (lavage du matériel, évaporation).

Contrairement à une idée reçue le houblon est présent en faible quantité dans la bière : 1 ou 2 kg de houblon pour 1000 L de bière. La filière houblon se développe en France, notamment en Alsace. La Ville de Paris soutient la culture de cette plante grimpante qui se plait bien en ville avec les appels à projets « Houblon » initiés en 2017 pour mettre à disposition des murs d’équipements municipaux ou de partenaires-propriétaires pour y développer cette culture urbaine (1) .
 

5) Quelle réglementation régie la gestion, la valorisation des résidus de brassage ?

La loi Grenelle 2 impose aux producteurs de bio déchet de plus de 10 t par an de les valoriser. La plupart des grosses brasseries franciliennes sont dans ce cas et se mettent en conformité.  Les contrevenants encourent jusqu'à 75 000 € d'amende et 2 ans d'emprisonnement… Mais il n'y a pour le moment aucun contrôle. Avec le projet ZéBU et les drêcheurs urbains nous considérons les drêches comme un coproduit et non comme un déchet.

6) Quel est l’avenir économique de la collecte et la valorisation de drêches parisiennes ?

Je monte le projet des drêcheurs urbains pour la valorisation de drêches avec Lise Couturier, rencontrée chez Zone-AH! Il y a un vrai potentiel et j'y crois, chaque semaine je vois des projets qui émergent ou des articles sur la drêche. Il y a un vrai engouement. L'objectif est de collecter les drêches rapidement, les stabiliser car la drêche est un produit humide favorable au développement des champignons, le fait de les sécher rapidement permet de les conserver plus longtemps et de les revendre sous une autre forme.

À signaler un concours de design sur les déchets de brasserie à destination des étudiants,  qui a débuté le 30 janvier 2019 par un appel à candidature et un Crowdfunding.

7) Un conseil aux Parisien.ne.s ? 

J’invite les Parisiennes et les Parisiens à aller découvrir  les dizaines de brasseries et leurs bières, toutes très bonnes. Bien sûr à consommer avec modération !

 

(1) Avec la désignation récente des lauréats de la deuxième saison de « Houblon » ce sont plus de 5000 m² qui sont concernés sur un linéaire cumulé de plus d’un kilomètre.

 

Site Internet de l'association Zone-AH!

Site Internet ZéBU h

Page Facebook en cours de création Les drêcheurs parisiens: https://www.facebook.com/lesdrecheursparisiens/

Groupe Facebook sur les activités de ZéBU : https://www.facebook.com/groups/ZeBUecosystem/

Événement Lancement Concours de Design // Brasseries Zéro Déchets le 30/01 : https://www.facebook.com/events/619843521765770/

Différents projets en France et en IdF.

La Paris Beer Week aura lieu du 8 au 16 juin 2019

 

Posez-lui vos questions
Mots clefs : brasseries, bière, brasseurs, zébu, écosystème, valorisation, drêches

Pour donner votre avis, commenter et poser vos questions, vous devez d'abord vous inscrire ou vous connecter sur le site.