Vous êtes ici

Accueillir et observer les animaux en ville

Acteurs du Paris durable - Accueillir et observer les animaux en ville
1 acteur est intéressé
Mots clefs : bricoleur, jardinier
Plus de 2000 espèces de plantes sauvages, des chauve-souris, des guêpes solitaires et autres fauves exotiques : Paris est une jungle ! Pour préserver et (re)découvrir cette nature cachée de la capitale, une excellente recette : l'hospitalité.

L'essentiel

Quelques bonnes raisons d'accueillir et observer les animaux sauvages en ville

  • Pour ramener un bout de campagne en ville

  • Pour enfin être capable de citer des noms d’insectes parisiens

  • Pour voir les pipistrelles sortir le soir du nichoir de votre immeuble

 

Brève définition

Pour accueillir et observer des animaux sauvages, vous pouvez créer des nichoirs pour oiseaux, chauves-souris, abeilles et guêpes solitaires, etc. Ainsi, vous luttez contre la raréfaction de ces habitats en ville et vous agissez en faveur de la biodiversité, tout en apprenant à découvrir les nombreuses espèces sauvages.

Le saviez-vous ?

Le contexte, les enjeux

  • La Mairie de Paris met en place des réserves d’évolution naturelle dans le cadre du plan Biodiversité de la Capitale, afin de favoriser et de protéger la biodiversité à Paris.
  • En effet, le milieu urbain est principalement composé de surfaces lisses et vitrées qui offrent peu d’espace aux espèces sauvages pour nidifier ou se reproduire. Aménager ne serait-ce qu’un tout petit espace, leur offre un abri en ville. Cela renforce les capacités d’accueil de la biodiversité sur les bâtiments, les terrasses, balcons et même les rebords de fenêtre.
  • L’évolution de la ville a entraîné une évolution des animaux sauvages : certaines espèces disparaissent, d’autres font leur apparition. Par exemple, mésanges et hirondelles sont nettement en déclin dans la Capitale. Favoriser l’augmentation du nombre d’abris vous permet de leur offrir des refuges urbains.

Quelques chiffres clés

  • 2000 espèces de plantes sauvages, champignons, mousses et lichens et près de 2000 espèces animales
  • Près de 600 hectares d’espaces verts gérés par la Ville de Paris intra-muros, en permanente augmentation. Une diminution sans précédent de la biodiversité : l’extinction des espèces vivantes se ferait à un rythme 50 à 100 fois supérieur à la normale depuis le 17e siècle et serait aujourd’hui, d’après les scientifiques, 1 000 fois supérieur au taux naturel

Petite histoire parisienne

Dans le cadre du Plan biodiversité de Paris, la mairie du 12e s’engage : elle met en place un pigeonnier contraceptif ! Implanté square Saint-Éloi, son but est de maîtriser les concentrations de pigeons et de rendre plus aisé le nettoyage aux services de propreté. Ce projet, mené en lien avec des associations de protection des animaux, contribue à préserver la biodiversité à Paris en limitant l’éviction d’autres espèces animales. Aujourd’hui 13 pigeonniers de ce type sont installés à Paris.

Testez vos connaissances

Testez-vous avec ce petit quiz sur la biodiversité à Paris.

 

Ils l'ont fait

Un exemple

Qui ?

Les Clubs Connaître et Protéger la Nature (regroupés en fédération)

Quoi ?

La fédération des clubs « Connaître et Protéger la Nature » a été créée en 1983. Elle regroupe plus de 400 clubs en France, en Europe.

Se réunissent dans les Club CPN des individus intéressés par la biodiversité, qui ont décidé de mieux connaître et protéger la nature ensemble. Ainsi, toute l'année, les CPN apprennent à découvrir les richesses de la nature et entreprennent mille actions pour la protéger près de chez eux. Et c’est parfait : la nature a bien besoin qu'on s'occupe d'elle !

Ainsi vous pouvez participer à des missions telles que l’ « Observatoire des coléoptères » et noter et recueillir des informations sur les coléoptères de bord de chemin. Ensuite, vous pouvez envoyer vos observations à l'équipe de Vigie-Nature pour alimenter l’étude de l’évolution de l’espèce d’une année à l’autre.

Où ?

400 clubs en France et en Europe, une soixante en Ile de France et 8 à Paris. Suivez ce lien pour en trouver un près de chez vous !

À vous de jouer

Par où commencer ?

Organiser

1 Renseignez-vous sur les espèces présentes dans le secteur : oiseaux, insectes, etc.
2 Repérez les zones à équiper, les besoins, les modes d’accrochage possibles et le type de nichoir nécessaire. Cela peut être : un nichoir pour oiseaux nidifiant dans les trous d’arbres (mésange noire, mésange bleue, moineau domestique, etc.), pour chauves-souris (pipistrelle), pour abeilles et guêpes solitaires, etc.
3 Procurez-vous le matériel nécessaire : en achetant des nichoirs préfabriqués ou en les construisant vous-même.
4 Intégrez l’ensemble des occupants, gestionnaires et propriétaires des bâtiments à la démarche : présentez-leur le projet, les enjeux et les objectifs, si possible de manière ludique et pédagogique.
5 Assurez-vous de l’accord des copropriétaires et éventuellement de la copropriété voisine.
6 Dans le cas d’un chantier collectif, veillez à disposer de suffisamment d’encadrants pour assurer la sécurité des participants. Séparez les outils pouvant être utilisés par tous, de ceux réservés aux adultes initiés.
7 Installez les nichoirs et observez !

Matériel nécessaire pour les nichoirs à insectes :

Bois de palettes (si possible non traité), tiges creuses (bambou, roseaux, etc.), tiges pleines (sureau, tournesol, etc.), bûches, terre sablonneuse, boîtes de conserve, clous, fil de fer.

Matériel nécessaire pour les nichoirs à oiseaux :

Planches de bois brut ou caisse en bois pour magnum de champagne, vis

Motiver

  • Mettez en avant les arguments écologiques en participant au renforcement des espaces favorables à l'habitat, la nidification et la reproduction de la faune en ville.
  • Organisez des rencontres d’observation avec des enfants, des jeunes, des seniors : faites-en un moment convivial de partage, de rencontre et de découverte.

Financer

  • Un nichoir se trouve dans le commerce à partir de quelques euros, et jusqu’à plusieurs centaines d’euros : tout dépend du modèle, de l’animal que vous souhaitez accueillir, de la manière dont vous le faites. En le construisant vous-même et grâce à la récupération, cela peut vous coûter moins cher.
  • Les frais diminuent si le(s) porteur(s) de projet assurent les actions de sensibilisation et réalisent eux-mêmes les engagements.

Les astuces

Les clés du succès

  • La curiosité et le goût de l’observation sont les meilleurs alliés. N’hésitez surtout pas à consacrer du temps à observer !
  • Placez les nichoirs à proximité des plantations (jardinières, parcelles) qui attireront toute une petite faune et aussi les oiseaux qui s’en nourrissent.
  • Adoptez le « réflexe récup » en mettant de côté bois de palette, caisses, etc. déposés au coin de la rue.

Vigilance

  • Assurez-vous que le règlement de la copropriété autorise l'installation d'objets sur les rebords de fenêtre ou leur accrochage sur les murs collectifs.
  • Une éventuelle phobie des insectes peut être levée en organisant une sortie autour de l’observation d’un gîte à insectes.
  • La création de nichoirs à insectes, à oiseaux ou à chauves-souris peut nécessiter l’usage d’outils qui exigent un bon encadrement pour assurer la sécurité des jeunes participants.

Outils et infos pratiques

Lieux de renseignement

  • La Maison Paris nature au Parc Floral présente un parcours autour des aménagements écologiques favorables à la faune et flore sauvages.
  • La Maison du Jardinage dans le parc de Bercy conseille et donne des astuces pour jardiner en ville à peu de frais.
  • Le réseau des jardins partagés de Paris.

Guides

  • PEPIN D. CHAUVIN G. Coccinelles, primevères, la nature au service du jardin.  Terre Vivante : 2008, 318p (Jardins)
  • « Créer des refuges à insectes », brochure des clubs CPN (à commander par correspondance)
  • Affiches sur la biodiversité parisienne de la Ville de Paris
  • L’album animé (ebook) En prolongement de la série des affiches pédagogiques. Présente des illustrations naturalistes et anecdotes ainsi que des gestes et aménagements faciles à mettre en place dans la ville pour préserver et enrichir la biodiversité.

Problème de logement en ville pour les moineaux ? Avec des outils simples et une planche de bois, fabriquez un nichoir pouvant abriter trois couples de moineaux.

 

 

Sites Internet

  • Portail des jardins partagés et d’insertion d’Ile-de-France
  • Le blog de l’association Ville en Herbes qui présente des réalisations d’outils d’observation de la petite faune sauvage

Décembre 2014

Commentaires

Portrait de CREATERRASSES

l'accueil des petits animaux :

bonjour,

je propose déjà de développer un projet de végétalisation des petits espaces "perdu", ou et surtout d'en créer en fabriquant des auvents des zones perchées ou pourraient s'installer des plantes sauvages mais pas que.

des zones végétalisées (inaccessibles sans matériel)  avec un fagots a insectes et un ou deux nichoirs donneraient des abris a la faune locale, et pour "rentabiliser" ces opérations, comme pour la météo, on pourraient implanter des webcam qui seraient accessibles depuis son ordi, et enregistrer des séquences Nature pour en faire un montage...

je peux déterminer les besoins en matériel pour chaque action définie (imaginer la construction d'implantation)....

et vous??

Pour donner votre avis, commenter et poser vos questions, vous devez d'abord vous inscrire ou vous connecter sur le site.