Vous êtes ici

Monter et/ou participer à une AMAP

Acteurs du Paris durable - Monter et/ou participer à une AMAP
7 acteurs sont intéressés
Mots clefs : bénévole, bricoleur, commerçant, gourmand, jardinier
Participer à une AMAP, c'est prendre le risque de s'interroger devant un navet en se demandant si c'est un céleri ou un radis noir. Mais c'est surtout réduire l'effet de serre, favoriser l'agriculture de proximité et défier sa créativité !

L'essentiel

Quelques bonnes raisons de monter et/ou participer à une AMAP

  • Pour  connaître votre producteur de fruits et légumes par son prénom et de lui faire la bise le dimanche en prenant vos cagettes 
  • Parce qu’en croquant dans votre pomme, vous aurez toujours l’impression de faire une bonne action
  • Parce que discuter avec vos voisins quand vous allez chercher votre panier vous permet de renouveler les recettes, vous qui étiez à court d’idées
  • Parce que ça vous fait une occasion d’aller vous promener à la ferme, avec les petits

Brève définition

En créant ou participant à une Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne vous mettez en contact des personnes qui veulent consommer des produits frais de saison et de proximité (distribués sous forme de paniers) et un producteur qui veut vendre ses produits en direct à un prix juste.

Le saviez-vous ?

Le contexte et les enjeux

  • Notre assiette est responsable d’1/3 des émissions de gaz à effet de serre (en prenant en compte les émissions liées à la production, la transformation, la distribution et la consommation). Une AMAP permet de s’approvisionner localement et donc de réduire l’impact des transports. 
  • Chaque semaine, 200 exploitations professionnelles disparaissent en France, faute de repreneur. En général, la rémunération des producteurs est moins élevée si leur production entre dans la grande distribution  à cause de la pression concurrentielle.
  • Actuellement, 71% de l’arrivage en fruits de Rungis et 41% des légumes proviennent de l’export. (CREDOC 2009). Seul 1% de ce que nous mangeons à Paris est d’origine francilienne, alors qu’en Île-de-France la surface agricole utilisée couvre 48% du territoire. Les consommateurs ont perdu le lien avec le produit, son origine, son histoire.

Quelques chiffres clés

  • En Île-de-France, les AMAP se sont multipliées de façon considérable depuis leurs créations en 2003. Début 2016, il existe 300 groupes, soit plus de 15 000 familles d’amapiens travaillant avec 160 producteurs. (Source : Réseau AMAP Île-de-France)
  • Alors qu’il restait encore plus de deux millions de fermes en 1955, leur nombre a été divisé par cinq aujourd’hui.
  • Un seul pot de yaourt peut parcourir jusqu’à 9000 km.
 

Petite histoire parisienne

"Le Printemps des Amap" est une initiative nationale pour mettre à l’honneur ces Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne et mettre en valeur l’aspect national du mouvement. Cela se traduit par l’organisation d’événements locaux dans toute la France, allant de la porte ouverte à la ferme à la fête InterAMAP départementale, en passant par l’organisation de ciné-débats entre autres. La Ville de Paris, partenaire du Printemps des Amap, appuie ce mouvement.

Ces associations sont considérés comme des réponses crédibles et efficaces à un problème qui nous concernent tous : « comment se nourrit-on ? ».

Ils l'ont fait

Un exemple

Qui ?

AMAP du Marais 

Quoi ?

Poireaux, Salades, Radis, Choux, Potiron, Tomates poussent à la ferme de Marconville, chez Loïc et Delphine, tout près de Beauvais. Tous les mardis, Charlotte dans son camion vient livrer les parisiens du 3e et d’ailleurs en légumes frais.

Les « mangeurs de légumes » arrivent eux avec leur panier, leur bonne humeur et leur apéro pour faire de ce moment un moment convivial de partage. Il suffit alors de réussir à se frayer un chemin, dans le tout petit local de la régie du quartier pour accéder au tant attendu panier de produits frais. Peuvent s’ajouter aux fruits et légumes, des œufs, des jus de fruits et coulis, pour ceux qui le veulent. les participants communiquent entre eux, et avec les producteurs grâce à un blog, qui leur fournit également des recettes savoureuses pour les produits – parfois étranges au premier abord – qui sont distribués.

Tentés par la rencontre de produits frais, plein de terre mais produits à proximité de chez vous, mais aussi de nouvelles personnes ? Alors rejoignez-les !

Où ?

Tous les mardis, de 18h à 20h au 60 rue Verbois, Paris 4e

Blog

À vous de jouer

Par où commencer ?

Organiser

1 Rassemblez

Créez un groupe de consommateurs intéressés avec quelques personnes « moteurs » qui prendra la forme d’une association.  Cette association peut avoir d’autres activités que le partenariat AMAP (organisation de projections, débats, ateliers cuisine ou jardinage, etc.).

2 Participer aux réunions AMAP Ile-de-France

Chaque mois, le réseau des AMAP d’Ile-de-France organise des soirées pour les « créateurs d’AMAP », qui sont l’occasion de revenir sur les fondamentaux d’un tel partenariat. Elles s’adressent à toute personne intéressée par ces approvisionnements locaux et peuvent être l’occasion de fédérer votre groupe.

3 Estimez le nombre de personne à « recruter»

A terme, le nombre de foyers à réunir pour mettre en place le partenariat AMAP variera en fonction du producteur et des caractéristiques de sa ferme. On estime qu’un maraîcher à temps plein suffit pour environ 70 foyers  de 3 à 4 personnes.

4 Trouvez un producteur

Recherchez un producteur local, déjà installé ou en cours d’installation. Pour démarrer avec un groupe constitué, on peut imaginer trouver, dans un premier temps, un producteur au delà de l'Ile-de-France. Puis ensuite, soutenir le Réseau  des AMAP d'Ile-de-France qui accompagne notamment l'installation de nouveaux producteurs de cette région, afin de répondre à la demande toujours plus importante des consommateurs parisiens.

5 Visitez l’exploitation

Des représentants du groupe, accompagnés d’un agriculteur expérimenté en AMAP, feront un état des lieux de l’exploitation et étudieront avec le producteur la faisabilité d’une production en AMAP.

6 Trouvez un point de livraison

Le partage de la récolte se fait dans un local public ou privé, (salle municipale, maison de quartier, bar, théâtre, etc.), et plus rarement chez un adhérent de l’association.

7 Organisez une rencontre pour fédérer l’engagement

Le producteur et les « Amapiens » définissent ensemble les modalités pratiques du contrat (durée et dates de la saison, jour et lieu de distribution, prix du panier, organisation pratique, etc.). Cet engagement se concrétise par la signature d’un contrat entre chaque consommateur et le producteur. Le consommateur s’engage ainsi en début de saison à acheter une partie de la production qui lui sera livrée périodiquement. Il s’engage également à participer à la vie de l’association, à se rendre sur la ferme du producteur partenaire et à être solidaire avec le producteur dans les aléas de production.

8 Définissez le prix de la part de la récolte

Elle se calcule sur la base des coûts de production, il varie donc d'une ferme à l'autre (de 15 à 22 € en Ile-de-France). Pour chaque AMAP, il s'agit d'une taille de contrat unique mais les associations mettent souvent en place des systèmes qui permettent de partager ce contrat avec un autre foyer si nécessaire.

Motiver

  • Mettez en avant les arguments :
    • Sociaux : lien social, relation de confiance et proximité avec le producteur, action pour l’emploi et l’installation de nouveaux agriculteurs
    • Economiques : prix fixés en fonction des coûts de production et non en fonction du poids, revenu assuré pour le paysan
    • Environnementaux : maintien des terres fertiles, pratiques agricoles écologiques, respect de la biodiversité
    • Qualitatifs : sécurité alimentaire, goût, préservation des savoir-faire du terroir
  • Faites intervenir d’autres consommateurs ayant monté une AMAP. Ils pourront témoigner du bien-fondé et des modes de fonctionnement de l’AMAP. Pour être mis en relation avec des groupes en AMAP existants, contactez le réseau des AMAP d'Ile-de-France.
  • Organisez une soirée publique avec la projection d'un film, suivi d'un débat sur l'alimentation, l'agriculture ou toute autre thématique proche. Cela peut-être un moyen efficace de faire connaître votre projet.

Financer

La constitution d’une AMAP comporte peu de frais spécifiques en plus des frais liés à la création et à la vie de l’association : une ou plusieurs balances pour répartir la production entre les adhérents, tableau(x) pour indiquer la composition du panier chaque semaine, et d'autres informations sur la vie de l'association, etc. Vous pouvez demander un financement des participants par exemple, ou chercher des produits recyclés dans des trocs, brocantes, etc. 

Les astuces

Les clés du succès

  • Définissez le projet collectif de l'association., Une AMAP ce n'est pas seulement un panier ! Les actions à mettre en oeuvre pour participer au maintien de l'agriculture paysanne sont multiples (organisation d'évènements de sensibilisation, compost, etc.).
  • Associez le partenariat à des animations à la ferme, à la découverte de légumes anciens, de nouvelles recettes, etc.
  • Le réseau des AMAP d'Ile-de-France organise régulièrement des rencontres interAMAP pour les groupes, comme pour les producteurs. Ces moments permettent d'échanger sur les pratiques, et de partager bonnes idées et expériences. N’hésitez pas à y participer !
  • La rémunération du producteur doit être l’objet d’un débat ouvert entre les partenaires et l’ensemble des décisions doit être transparent.

Vigilance

  • La mise en place d'un partenariat AMAP peut prendre plus ou moins de temps, en fonction de l'énergie mise dans la création du groupe moteur et du temps nécessaire pour trouver un producteur disponible et mettre en place un partenariat AMAP.
  • Le producteur doit respecter les modes de production définis dans la Charte de l’agriculture paysanne (répartition des volumes, qualité, autonomie, développement local, travail avec la nature, transmissibilité). En Ile-de-France, depuis 2007, les producteurs doivent s’engager dans un processus de conversion à l’agriculture biologique dans les 3 années qui suivent le démarrage du partenariat AMAP.
  • Une association peut mettre en place plusieurs partenariats AMAP avec plusieurs producteurs, à condition que ces producteurs ne produisent pas la même chose (maraîcher, arboriculteur, éleveur laitier / allaitant, paysan boulanger, apiculteur, etc.). 

Outils et infos pratiques

Sites internet

Février 2017

Commentaires

Portrait de popov

Bonjour, je sais qu'il y a des ruches sur le toit de ma cantine d'entreprise, je vais me renseigner.

Sinon, si le sujet éco habitat vous interesse, je cherche à revisiter mon logo un peu viellissant, comme vous pourrez le voir sur http://kelisol.fr

Portrait de apd_admin

Bonjour,

Vous devez avoir trouvé votre sujet avant quelle date ?

nous pourrions diffuser cette proposition dans la prochaine Newsletter des Acteurs du Paris durable de décembre mais c'est peut etre trop tard ?

Nous pouvons aussi faire un post Facebook ce week-end ?

Portrait de Alice Bottigliero

Bonjour à tous !

 

J'ai une requête un peu particulière.. Je suis étudiante en design graphique à l'ensaama olivier de Serres à paris et ma formation consiste essentiellement à communiquer visuellement les choses. Pour mon projet de fin d'étude, je souhaiterais m'orienter vers un thème dont le sens n'est pas vain mais bien interessant et important: L'apiculture urbaine. Ainsi si l'un d'entre vous recherche ou connait un appiculteur susceptible d'être intéréssé par la création (gratuite et pas forcément applicable ) d'un logo, d'étiquettes de pots de miel, de cartes de visite , simulation de site web ou petit livret d'édition expliquant ce qu'est l'apiculture urbaine et en quoi elle compte, faites le moi savoir.

 

Je serais ravie de m'impliquer à véhiculer ce genre de messages, et rendre cette production attrayante (ou encoreplus qu'elle ne l'est)

 

Merci à tous !

Et que vos journées soient belles

 

Alice

Portrait de Alice Bottigliero

Bonjour à tous !

 

J'ai une requête un peu particulière.. Je suis étudiante en design graphique à l'ensaama olivier de Serres à paris et ma formation consiste essentiellement à communiquer visuellement les choses. Pour mon projet de fin d'étude, je souhaiterais m'orienter vers un thème dont le sens n'est pas vain mais bien interessant et important: L'apiculture urbaine. Ainsi si l'un d'entre vous recherche ou connait un appiculteur susceptible d'être intéréssé par la création (gratuite et pas forcément applicable ) d'un logo, d'étiquettes de pots de miel, de cartes de visite , simulation de site web ou petit livret d'édition expliquant ce qu'est l'apiculture urbaine et en quoi elle compte, faites le moi savoir.

 

Je serais ravie de m'impliquer à véhiculer ce genre de messages, et rendre cette production attrayante (ou encoreplus qu'elle ne l'est)

 

Merci à tous !

Et que vos journées soient belles

 

Alice

Portrait de Entr'aide à domicile

je m'occupe du jardin des périchaux

j'aimonté des ruichers sur mon établissement professionnel

je peux donner un coup de main

Portrait de Ola

La Ruche qui dit Oui ! permet de vous réunir pour acheter directement aux producteurs de votre région. Plus d'infos ici : www.laruchequiditoui.fr

Portrait de apd_admin

Effectivement, il s'agit de l'espace collectif de travail et de création "La Ruche" situé quai Jemmapes dans le 10e. Si vous souhaitez en savoir plus sur ce lieu rendez-vous sur leur site  http://www.la-ruche.net/.

Portrait de amapbelleville

S'il s'agit de La Ruche qui dit Oui, je doute que l'initiative soit la bienvenue... Mais il s'agit sans doute d'une autre ruche, dites-nous.

Je crois qu'il existe une pépinière d'entreprises sociales et solidaires qui s'appelle ainsi dans le 10ème arrondissement.

Portrait de amapbelleville

Quel ruche ? Où est-ce ?

Portrait de Bilbo

C'est vrai ça, on commence quand ?

Portrait de appartcocy

L'AMAP de la terrasse du T3 redémarre ! :

Il y a maintenant 4 ans, notre association La Terrasse du T3 décidait de créer son AMAP.
Après un partenariat de deux ans avec un producteur de l'Oise, nous avons fait une petite pause.

Nous avons récemment rencontré un maraîcher bio depuis 2011. A la suite de sa reconversion professionnelle, il est en couveuse en seine et Marne depuis 2013 et livre une quarantaine de paniers à Ivry sur Seine.

En 2015, notre maraîcher va s'installer à Coulommiers au Nord de la Seine et Marne.

Pour cette nouvelle saison, nous allons fonctionner en deux temps :

- Nous réceptionnerons les pré-inscriptions (sans engagement mais ne vous inscrivez que si êtes réellement motivé) jusqu'au 1er février 2015 par e-mail à amaplaterrassedut3@gmail.com).

- En février 2015, nous organiserons une réunion participative durant laquelle l'agriculteur présentera son projet et seront également confirmés le jour et le lieu de distribution, la taille et le prix des paniers.A l'issue de cette réunion, nous enregistrerons les engagements définitifs et vous enverrons les contrats en mars 2015 pour débuter la saison en juillet 2015.

Si vous êtes intéressés par cette action de solidarité avec un agriculteur qui, en contrepartie de votre engagement, vous livrera des légumes bio cultivés localement et si souhaitez participer à la vie de notre quartier, n'hésitez pas à vous pré-inscrire dès maintenant.

En effet, pour préserver la convivialité de notre AMAP nous ne souhaitons pas dépasser les 30 paniers.

Pour rester informé des actualités de notre association, n'oubliez pas notre site internet (laterrassedut3.org) et notre page facebook (la terrasse du t3).

Le collectif de l'AMAP la terrasse du T3

Portrait de appartcocy

Il y a maintenant 4 ans, notre association La Terrasse du T3 décidait de créer son AMAP.
Après un partenariat de deux ans avec un producteur de l'Oise, nous avons fait une petite pause.

Nous avons récemment rencontré un maraîcher bio depuis 2011. A la suite de sa reconversion professionnelle, il est en couveuse en seine et Marne depuis 2013 et livre une quarantaine de paniers à Ivry sur Seine.

En 2015, notre maraîcher va s'installer à Coulommiers au Nord de la Seine et Marne.

Pour cette nouvelle saison, nous allons fonctionner en deux temps :

- Nous réceptionnerons les pré-inscriptions (sans engagement mais ne vous inscrivez que si êtes réellement motivé) jusqu'au 1er février 2015 par e-mail à amaplaterrassedut3@gmail.com).

- En février 2015, nous organiserons une réunion participative durant laquelle l'agriculteur présentera son projet et seront également confirmés le jour et le lieu de distribution, la taille et le prix des paniers.A l'issue de cette réunion, nous enregistrerons les engagements définitifs et vous enverrons les contrats en mars 2015 pour débuter la saison en juillet 2015.

Si vous êtes intéressés par cette action de solidarité avec un agriculteur qui, en contrepartie de votre engagement, vous livrera des légumes bio cultivés localement et si souhaitez participer à la vie de notre quartier, n'hésitez pas à vous pré-inscrire dès maintenant.

En effet, pour préserver la convivialité de notre AMAP nous ne souhaitons pas dépasser les 30 paniers.

Pour rester informé des actualités de notre association, n'oubliez pas notre site internet (laterrassedut3.org) et notre page facebook (la terrasse du t3).

Le collectif de l'AMAP la terrasse du T3

Portrait de marguin.camille

Portrait de appartcocy

Création d'une AMAP : Bonjour,je vous informe que le jardin partagé "La terrasse du T3" vient de créer son AMAP.Elle se situe Bd Mortier et les livraisons se font le Mardi de 19 à 20h.Si vous habitez à proximité et que l'aventure vous tente, il reste quelques places !Toutes les infos sur amaplaterrassedut3@gmail.com

Portrait de appartcocy

Création d'une AMAP : Bonjour,je vous informe que le jardin partagé "La terrasse du T3" vient de créer son AMAP.Elle se situe Bd Mortier et les livraisons se font le Mardi de 19 à 20h.Si vous habitez à proximité et que l'aventure vous tente, il reste quelques places !Toutes les infos sur amaplaterrassedut3@gmail.com

Portrait de mathildegibelin

RECHERCHE D'UN AGRICULTEUR : Coopérative parisienne est une AMAP d'une vingtaine de paniers qui cherche activement un agriculteur qui puisse lui fournir des paniers toutes les deux semaines. Livraison sud Paris. Pour toute info supplémentaire, merci de contacter Mathilde mathildegibelin@hotmail.fr

Portrait de ammakoala

Pas facile à Paris : Il n'y a à Paris pas assez d'AMAP (et de facto pas assez d'agriculteurs de proximité prêts à se lancer dans l'aventure). Les listes d'attente sont longues hélas et la mise en place d'une AMAP pas facile à réaliser (j'ai tenté mais vite été rebutée par la lourdeur de l'organisation). Il y a aussi d'autres initiatives heureusement : certains magasins bio proposent des paniers bio hebdomadaires qu'ils bradent en fin de semaine lorsque les paniers n'ont pas trouvé preneur

Portrait de anne

Une AMAP à la Ruche :

Je voudrais monter une AMAP à la Ruche...

Pour donner votre avis, commenter et poser vos questions, vous devez d'abord vous inscrire ou vous connecter sur le site.